Orphée & Eurydice

Opéra de Christoph Willibald Gluck, version de chambre


Création 2016.

Reprise 2022, pour le festival Frisson baroque (77)

Photo : Julien Daniel
Photo : Julien Daniel

La première version d’Orfeo ed Euridice de Christoph Willibald Gluck date de 1762 ; sa création à Vienne a déjà été un événement. Lorsque le compositeur reprit son opéra douze plus tard et le présenta à Paris en français sous le nom d’Orphée et Eurydice, ce fut comme un coup de tonnerre, l’émoi fut à son comble. Jean-Jacques Rousseau déclara : « Puisqu’on peut avoir un tel plaisir pendant deux heures, je conçois que la vie peut être bonne à quelque chose. » Julie de Lespinasse, quant à elle, fut submergée par l’émotion : « J’ai répandu des larmes, mais elles étaient sans amertume. »

Dans les enfers, les Furies elles-mêmes se laissent charmer par le chant d’Orphée. Gluck s’est attaché avec un bonheur inégalé à nous faire vivre leurs bouleversements.

Les folies du temps choisissent de donner à voir et à entendre avec les moyens les plus simples une œuvre qui a étonné et enchanté l’Europe entière, au point de donner naissance à l’opéra nouveau.

Dans notre version “de chambre” seize musiciens se réunissent autour de la partition de Gluck pour évoquer le plus fameux poète et musicien de la mythologie grecque et latine. Orphée s’accompagne lui-même de sa lyre (une guitare, dans le cas présent), l’orchestre est composé de huit musiciens, le chœur de quatre chanteurs solistes qui évoquent tour à tour Bergers et Bergères sur terre, les Furies puis les Ombres heureuses dans les enfers.

« Cette musique me rend folle — mon âme est avide de cette espèce de douleur. »

 

Distribution : 

Safir Behloul, Orphée

Stéphanie Varnerin, Euridyce

Guillemette Beaury, choeur soprano

Maëlle Javelot, choeur alto

Léo Muscat, choeur ténor

Till Fechner, choeur baryton

Patricia Bonnefoy, violon

Julien Churin, violon

Camille Rancière, alto

Jean-Christophe Marq, violoncelle

Michel Frechina, contrebasse

 

Olivier Dejours, direction

Sylvie Pascal, flûte

Martin Roux, hautbois

Alejandro Pérez Marin, basson

Alexis de Camboulas, clavecin

 

 

Nicolas Lips, lumières


Photo : Sebastien Cruble - Communauté d'agglomération de Marne et Gondoire